Sélectionner une page

Dans la vie, que ce soit à titre personnel, éducatif ou professionnel, toute organisation a la capacité d’offrir des signes de reconnaissance : un bonjour, un sourire, un regard, une accolade, une écoute attentive, un compliment, un encouragement… Une multitude de feedbacks pour féliciter, encourager ou recadrer son prochain. Mais à votre avis, en France, quel style de signes de reconnaissance pratiquons-nous principalement ? Plutôt positifs ou négatifs ?

A en croire le retour de nos salariés, la France cultive majoritairement en entreprise, les feedbacks négatifs : critique, remarque désobligeante, méchanceté… En chiffre : 45% des salariés démotivés disent souffrir de manque de reconnaissance dans leur entreprise.*

Surpris ? Bien sûr que non ! La réputation du français n’est plus à faire. Mais quelle conséquence pour le monde du travail ? C’est là qu’intervient Marcial Francisco Losada avec son célèbre ratio.

Qu’est-ce que le ratio de Losada ?

Ce psychologue chilien a développé l’idée qu’il existe un rapport idéal entre les phrases positives et les phrases négatives échangées entre deux personnes pour que la relation entre ces deux personnes se passent bien. Et selon vous, quel ratio permettrait d’avoir une équipe performante : une interaction négative pour une positive (ratio 1/1) ? Un peu plus ? Un peu moins ?

La conclusion des chercheurs est tombée comme un couperet. Il faudrait des échanges très majoritairement positifs pour décupler la performance des équipes : un ratio de 6 interactions positives pour une négative (ratio 6/1) pour une équipe très performante, et un ratio de 2/1 pour une équipe moyennement performante !

La conséquence directe de compliments réguliers à nos équipes ? Un environnement propice à la communication, l’encouragement de bonnes pratiques, les talents de salariés renforcés, des correctifs et ajustements d’écarts sans jugement et en temps réel… Les équipes développent leur confiance en elles, leur estime de soi et deviennent de plus en plus engagées et autonomes.

Alors bref calcul : rien que pour aujourd’hui, à combien s’élève factuellement votre ratio ? En êtes-vous conscient ? En êtes-vous proche ou loin ? Quelles sont les 3 stratégies que vous avez adoptées pour le développer ? Pour un coup de pouce, je suis là ! 😉

J’entends là vos “mais”…

Oui mais la critique constructive ne fait-elle pas avancer ?

Relever le négatif reste nécessaire quand cela ne va pas et qu’une limite est franchie. Menée comme un art délicat, elle doit être cependant utile à votre interlocuteur – et non un défouloir… Pour cela respectez-vous les règles essentielles du feedback ? Ne parlez-vous qu’en votre nom “Je”  ? Vos émotions (colère, tristesse…) sont-elles clarifiées en amont et maîtrisées pendant l’entretien ? En quoi vos observations sont-elles factuelles, tangibles, précises et concises ? Envie de développer votre art de donner un feedback de développement ou de recadrage ? Appelez-moi !

Quant aux feedbacks positifs, n’est-ce pas un peu de l’hypocrisie ? 

En contrepartie, le plus grand challenge ici est de développer une nouvelle mentalité pour identifier les efforts fournis de ses salariés, les objectifs et challenges atteints de l’équipe, un comportement ou une manière de travailler appréciée… quels qu’ils soient, mêmes ceux qui paraissent les plus mineurs. Puis de prendre le réflexe de communiquer les appréciations, le tout en parfaite sincérité ! Cela va de soi. 🙂

En toute objectivité, combien de félicitation, d’encouragement, de satisfaction… avez-vous réellement donnés aujourd’hui ? Étaient-ce de vrais hommages offerts tels un cadeau ? Ou étaient-ils utilisés comme “moyens” pour signifier à votre interlocuteur : “Bah, tu vois… tu peux le faire !” ? Besoin de démultiplier vos tactiques pour progresser ? Contactez-moi par messagerie !

De quoi vais-je avoir l’air avec mes compliments soudains ?

Comme disait Sénèque : “Ce n’est pas parce que c’est difficile que nous n’osons pas. Mais c’est parce que nous n’osons pas que c’est difficile”. Le premier pas est souvent celui qui demande le plus de courage. Mais les bénéfices vous seront tellement gratifiants par la suite ! Promis : vous deviendrez bientôt le nouveau prophète du ratio de Losada et de la puissance des feedbacks ! Alors quand passez-vous à l’action ? Je peux vous aider à franchir ce cap.

Enfin bon… “nous ne sommes pas dans un monde de bisounours” ! 

Rassurez-vous… Marcial Losada a tout calculé ! Si un ratio d’une interaction positive pour 3 négatives (ratio 1/3) entraîne la sous-performance d’une équipe, il considère également qu’un ratio trop positif (13 paroles positives ou plus, contre une parole négative) garantit aussi une parfaite inefficacité en entreprise. Reste une large zone de ratio entre 2,9 et 11,6 pour entretenir les meilleures performances des équipes ! De quoi bénéficier d’une belle marge avant d’être considéré comme Casimir.

Ça y est, c’est décidé… vous vous lancez dès aujourd’hui !  Bravo !! Superbe idée ! Toutes mes félicitations ! Alors dites-moi : par quoi allez-vous commencer ? Comment allez-vous vous y prendre ? Comment allez-vous améliorer, développer votre ratio de Losada ? Besoin d’un coup de main, appelez-moi pour vous guider ! 😉

* Etude « Les salariés et les nouveaux enjeux du travail : projections et attentes à l’égard de l’entreprise »menée par BVA pour Salesforce, réalisée du 14 au 19 mars 2018 auprès d’un échantillon de 1 202 salariés, représentatif de la population salariée âgée de 18 ans et plus

Auteur, Estelle COLLIN consultante Expert Activ

0
0